NEW YORK l’effervescente

19 mai 2019

Villes & Patrimoine

Commençons par New York…ou the Big Apple. Plusieurs hypothèses existent. Dans les années 20, selon le célèbre journaliste sportif américain, John J. Fitz Gerald du New York Morning Telegraph, la Grosse Pomme désignait les récompenses offertes aux vainqueurs des plus grandes courses hippiques. Autres hypothèses : elle signifiait la boule d’angoisse saisissant les joueurs de jazz avant de monter sur scène. Mais son tout premier sens remonterait au XIXème siècle : Eve, une aristocrate new-yorkaise, ouvre une maison close destinée aux jeunes hommes de bonne famille, qu’elle surnommait « mes irrésistibles pommes ».

new-york.1468105.c1000x300

Frénésie est le mot parfait pour décrire à New York. Vous me direz que chaque grande ville américaine semble frénétique. Mais NYC, célèbre pour ses quartiers-acronymes, c’est autre chose. Parlons de Manhattan. Cacophonie de klaxons et de sirènes, explosion de lumières blanches émanant de gigantesques écrans publicitaires, odeurs incessantes de viande grillée, ville de consommation par excellence, votre rythme biologique s’en trouve bouleversé. La nuit ne tombe jamais sur « Big Apple ». Etonnamment, cet excès de tout est loin d’être fatigant, au contraire, il vous rend vivant. Dans la ville qui ne dort jamais, tout semble à sa place, comme une pièce de théâtre particulièrement bien orchestrée. Un immense patchwork se forme à chaque heure : mélange de populations, de cultures, de cuisines, d’architectures… Les styles Art Déco, coloniaux, internationaux, postmodernes et autres se mêlent en toute harmonie avec quelques cast-iron buildings[1] et la très néo-gothique St Patrick’s Cathedral. Ce paysage urbain fou et saisissant vous raconte l’histoire de NYC au fil des rues.

18460802.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Les affiches habillant les théâtres de Broadway, la plus ancienne des avenues, font écho aux nombreux airs de « musicals » : the Lion King, Wicked (le magicien d’Oz)… Nous retournons en 1945 avec le fameux Scorsese « New York New York » et sa célèbre chanson. Vous êtes à deux doigts de danser sur le trottoir…pour un peu qu’il pleuve… Singing in the rain !

Dans cette atmosphère électrisante flotte comme une poussière de magie où tout devient possible, où il est à nouveau autorisé de croire en ses rêves. L’American Dream prend tout son sens. Vous vous imaginez aisément passager du Queen Mary ou du Normandie, début du XXème siècle, découvrant les plus hauts gratte-ciels du monde, en débarquant quai 88. A moins que vous vous mettiez dans la peau de Carrie Bradshaw un très court instant, arpentant en louboutin le pavé newyorkais. Quel que soit le temps que vous y avez passé, vous revenez transformer, cette ville vous touche en plein cœur.

J’aime les grands espaces solitaires, loin de toute agitation urbaine. Je suis donc partie sans attente, juste l’envie secrète d’être surprise…mais New York propose bien plus que la surprise, elle vous chamboule, vous exalte, vous émerveille. Quand vous la quittez, vous vous sentez prêt à soulever des montagnes, à relever des défis, à changer votre vie. Avec la certitude que vous reviendrez à la Grosse Pomme un jour, pour prendre un nouveau bain de jouvence.

IMG_20171225_200312

   

   

   Welcome 

   To

   New York !

Liens:

Stéphane Bern, Les Pourquoi de l’Histoire

http://www.we-love-new-york.com/larchitecture-a-new-york/

 


 

 

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Goûter & Apéro |
Lechefvouspropose |
Le bistrot de Maman |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Food trucks Gourmets
| Angel'Délice
| Frantzenfrantzen73